Mon premier opéra “Ariane à Naxos” de Richard Strauss

Je saisis cette occasion pour vous faire part de ma première expérience à l’opéra. J’ai toujours voulu y assister, par curiosité mais aussi car j’aime la musique quelque soit le style. Cependant j’ai toujours pensé que c’était uniquement pour les spécialistes ou pour les gens fortunés. A l’inverse, ceci est totalement erroné. Un opéra est une forme de théâtre musical qui raconte une histoire destinée à être chantée sur scène accompagné par un orchestre.

Ariane m’invite à Naxos et à l’Opéra Bastille.

Invitée pour mon anniversaire j’ai eu la chance de pouvoir découvrir un opéra allemand en un prologue et un acte “Ariane à Naxos” de richard Strauss. Son 6ème opéra entre Le chevalier à la rose et La femme sans ombre. Il l’a composé entre 1912 et 1916.

Lorsque je suis arrivée à l’opéra Bastille, je pensais m’ennuyer. Car 2h40 pour moi c’était trop long. Mais une fois installée, le rideau levé, j’étais ébahie devant la beauté de la scène et tout ce qui s’en suivait.

La scène était très spacieuse avec un somptueux orchestre devant l’estrade. Juste au dessus se trouvait le sur-titrage. Pratique pour ceux qui ne maitrisent pas la langue originale de la production, comme moi.

Quelques mots sur l’histoire.

L’histoire se passe dans le palais d’un homme très riche de Vienne lors d’une soirée Gala. Il commande à un jeune compositeur un premier opéra. Juste avant que cela commence, le maître des lieux exige que deux œuvres soient exécutées simultanément pour en faire un opéra inédit mais aussi pour pouvoir faire un feu d’artifice à l’heure. Cependant e compositeur et le maître de musique ne voient pas cela d’un bon œil et veulent absolument l’empêcher.

Malgré le manque de temps il faut réagir rapidement et improviser, ce qui est la spécialité de Zerbinette. Ainsi le compositeur décide de couper les passages trop long… Ariane abandonnée sur une île déserte par son tendre Thésée, chante sa misère et son malheur. Elle se laisse mourir de chagrin mais Zerbinette ordonne à ses compagnons de la distraire par des chants et des danses. Zerbinette persuade Ariane de trouver un autre bien aimé…  Je vous laisse découvrir la suite.

Emportée dans une belle expérience.

Se carrer dans son fauteuil et se laisser emporter voilà la meilleure méthode qui permette d’apprécier cet opéra à sa juste valeur , ou vous accrochez ou pas comme n’importe quelle autre musique. Personnellement j’ai finalement savouré et paradoxalement  j’étais même déçue que cela soit court.

C’était une très belle expérience que je la vous conseille fortement.

7389_Ariane-Naxos-c-Bernard-Coutant-Op-ra-national-de-Paris-8-Dina

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *